03/01/2012

Circulation à Quimperlé. «Contre le gymkhana sur les chaussées»

Un de nos lecteurs, le Rédénois Maurice Ricquebourg, nous adresse un courrier à propos de la circulation à Quimperlé. «Je ne suis pas quimperlois», écrit-il tout d'abord, «mais je fréquente les rues de cette ville, et j'y circule en voiture comme à pied». «À chaque fois», poursuit-il, «je m'insurge contre le "gymkhana" obligatoire sur les chaussées quimperloises et particulièrement devant la mairie». «À noter que les bus, eux-mêmes, sont incapables de respecter ces parcours balisés. Quid en cas d'accrochage?» «Idem sur la route de Pont-Aven, pour les croisements, au travers des "oreilles" (près du garage Renault).» Lire la suite

26/03/2010

Nantes. Projet de mémorial célébrant l'abolition de l'esclavage

Mon attention a été attirée par le projet de la ville de Nantes visant à faire édifier un mémorial célébrant l'abolition de l'esclavage. Navrant...    il n'y pas d'autres mots. La ville de Nantes va édifier un mémorial célébrant l'abolition de l'esclavage pour un coût de 6,9 millions d'euro.

Sur le principe ; pourquoi-pas ? Mais quand cessera-t-on de faire acte de repentance pour tout ce qui n'est plus moralement respectable ? En quoi les français d'origine modeste sont-ils responsables des agissements des négriers et armateurs du 18ième siècle, voire du début du 19ième (l'abolition de l'esclavage date quand même de 1848).

A l'heure où les déficits publics atteignent des sommets, une municipalité n'hésite pas à engager des dépenses indécentes pour un monument qu'il faudra entretenir et animer entraînant ainsi de nouvelles dépenses.

Si la municipalité de Nantes veut consacrer autant d'argent à la mémoire de l'abolition de l'esclavage elle pourrait tout aussi bien créer une fondation pour lutter contre cette exploitation de l'homme qui hélas existe encore sous d'autres formes. Ce serait plus utile.

C'est scandaleux mais pour autant personne ne semble s'en émouvoir.

 M. Lucas, Saint Gildas de Rhuys

19/01/2010

Pêche au bar. Pas illégale mais préjudiciable à l'avenir de l'espèce

Vous avez publié 16/01/2010 un article sur un coup de filet de bar par 2 bateaux. Le fait en lui meme n'est pas reprehensible ni hors la loi, c'est sur, mais temoigne de toute l'ambiguité dans laquelle se trouve la pêche pro en France. Vous n'ignorez pas la rarefaction de certaines espèces et du bar en particulier relayé par les rapports des ligneurs du raz de sein et par tous les guides de peches professiennels. C'est pour cela sans accabler une profession deboussolée voire sinistrée,que le devoir d'objectivitée semble pour accompagner cette information presentée comme pêche miraculeuse, qu' une autre suive en specifiant que ces pêches realisée sur les frayères sont dans l'etat actuel de la population de bar un acte grave pour l'avenir de l'espèce. C'est dans cet esprit de conservation que le Collectif Bar Europeen oeuvre par exemple, le but étant d'aménager une periode de repos biologique du bar pendant sa reproduction (Janvier à Avril). L'aberration d'une telle pratique durant la reproduction doit être mise à la connaissance du plus grand nombre.

Bernard Marronneaud, Blanquefort

11:26 Publié dans Marine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pêche, mer, bar, environnement

17/12/2009

Fermeture d'écoles à Quimper

Mon attention est attirée par la fermeture d'écoles à QUIMPER.

J'ai travaillé en tant qu'auxiliaire d'animation en 1995-1996 pour la Ville de QUIMPER à l'école primaire de PRAT-MARIA (aide aux devoirs et animation à la Maison de la Colline). Je ne peux rester indifférent aux fermetures annoncées.

Déjà bien que très souffrant, j'ai appris la fermeture de l'école "la Résidence de PRAT-MARIA" et cela m'a beaucoup touché. Fermer une école, c'est comme détruire une vie. Une école ce n'est pas qu'accueillir les enfants mais c'est toute une équipe autour qu'on brise. L'environnement qui va de la femme de ménage, l'ATSEM, les animateurs, les instits jusqu'aux parents. A Madame CARIOU avec laquelle j'ai partagé un bureau au CDAS de QUIMPER (Conseil Général du Finistère) en tant qu'éducateur spé, je dis : Dialoguez et écoutez les PARENTS et les équipes de travail.

Thierry GOARIN - Quimper

02/10/2009

Maison de retraite. Ce n'est pas le Club Med mais c'est un lieu de vie

Je me permets de vous écrire, avec quelque retard, suite à l’article paru dans le Télégramme au sujet des maisons de retraite. Je ne suis pas d’accord avec l’opinion négative qui y est rapportée. Bien sûr ce n’est pas le Club Méditerranée.

Lire la suite

01/10/2009

Le développement breton vu par Christian Savidan

Il y a plusieurs façons d’envisager le développement de notre pays. Je me permets d'en proposer une qui « vient du terrain ». Parmi nos principaux dirigeants politiques, le hasard a voulu que nous ayons toujours eu des « terriens » et rarement des « marins ».

Lire la suite

30/09/2009

Quelle sanction pour quel délit ?

Sous la présidence Sarkozy, le fait que des gamins de six et dix ans soient cueillis à la sortie de leur école comme des délinquants irrécupérables, pour un vol présumé de vélo, interpelle tout citoyen.

Sous la présidence De Gaulle, en novembre 1966, Alain Madelin, Patrick Devedjian et «la bande » de militants d’Occident « empruntent » un camion rue Soufflot au Quartier latin et improvisent une manifestation « anticommuniste » (1) .

Sous la présidence Sarkozy, quelle serait la réponse-sanction demandée à ces étudiants pour le vol présumé d’un camion ?

(1) « Génération Occident », Frédéric Charpier (Ed. du Seuil 2005) : voir photo couverture et page 192.

Hélène PERAMMANT - Vannes